Newsletter S'inscrire à notre newsletter

Magazine

Lyft veut aider le transport local et solidaire

Image

Crédit photo
50 millions de dollars par an. Quelques heures à peine après avoir réalisé son introduction en bourse, la société de VTC Lyft a indiqué le lancement de son programme City Works, une initiative destinée à soutenir le transport urbain. Chaque année, le grand concurrent d’Uber s’engage à budgéter 50 millions de dollars, ou 1% de ses bénéfices s’ils s’avèrent supérieurs, «pour soutenir le transport ainsi que d'autres initiatives locales permettant d’améliorer la vie des gens dans chaque ville où nous exerçons nos activités». Lyft a défini trois grandes priorités, qui concernent l’accès à des transports à prix réduit (voire gratuits), pour les populations en difficulté, le développement d’infrastructures de transport diminuant les inégalités, et enfin l’impulsion de transports plus propres. Pour mener à bien ses projets, la société compte s’appuyer à chaque fois sur un conseil consultatif, composé d’élus municipaux, de représentants de la communauté locale. Agir avec son propre réseau. Pour autant, il ne faut pas s’attendre à ce que Lyft participe à la rénovation de réseaux de transport public parfois déficients. La société compte agir avec son propre réseau de véhicules et de moyens. Ainsi à Los Angeles, première ville à bénéficier du programme City Works, lyft compte proposer des transports en VTC gratuits ou à tarif réduit pour des personnes en difficulté, identifiées comme telles par la municipalité. Il peut s’agir de sans-abris, de patients se déplaçant pour des soins médicaux, ou encore de personnes âgées à faible revenu. Afin de renforcer l’usage des véhicules électriques, Lyft veut installer des stations recharge près de ses bureaux, à Los Angeles. De même, la société indique qu’elle travaillera avec des associations pour proposer ses vélos et trottinettes électriques dans des quartiers de L.A. mal desservis par les transports. Enfin, Lyft, fidèle à son engagement d’utiliser une énergie 100% propre, indique qu’elle finance localement des programmes de protection de l'environnement, via l’achat de certificats de compensation carbone. Précisons que Lyft participait déjà à des programmes similaires. G. H.

Auteur

  • Grégoire Hamon
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format