Newsletter S'inscrire à notre newsletter

Magazine

Premier envol limité pour le taxi autonome sino-autrichien EHang 216

Image

Crédit photo
Bientôt dans le ciel autrichien? Alors que de gros groupes comme Boeing, Airbus, ou encore Uber sont engagés dans la mise au point de taxi-drones volants, c’est une entreprise chinoise, EHang, associée au constructeur autrichien FAAC, qui la première a fait s’envoler un engin avec deux personnes à bord. Le vol d’essai a eu lieu dans un stade à Vienne: l’appareil, qui n’avait pas le droit de sortir de l’enceinte, a réussi à s’élever sur une dizaine de mètres. L'EHang 216 est un appareil électrique autonome bi-place disposant de huit rotors horizontaux. Il pourra à terme transporter deux passagers à basse altitude sur un temps de vol de 25 à 30 minutes et une vitesse maximale de 160 km/h. Lors de la démonstration viennoise, l'EHang 216 s’est contenté de décoller et atterrir verticalement avec deux journalistes à bord. Ces derniers ont fait part du bruit terrible et de l’étroitesse de la cabine. Le niveau sonore de l'appareil, actuellement de 90 db, un seuil inférieur à celui d'un hélicoptère classique mais qui se situe au début de la zone d’inconfort. Il doit être ramené prochainement à 75 db, selon les promoteurs du projet. «Je souhaite que l’Autriche devienne le lieu de production de milliers de drones de ce type et j'espère que nous en verrons très bientôt dans le ciel», a déclaré Norbert Hofer, le ministre des Transports autrichien lors de cette présentation. 300 modèles prévus en 2019-20. EHang compte lancer la production de son taxi-drone dès 2020. La fabrication sera assurée par le groupe aéronautique autrichien FACC, une société partenaire notamment d’Airbus, Boeing ou Bombardier. Malgré le fait que l’appareil n’ait pas encore été certifié, EHang indique avoir reçu des milliers de précommandes en provenance de compagnies pétrolières, de sociétés de transport d'organes et de sociétés travaillant dans l’industrie du tourisme. FACC prévoit déjà de construire 300 appareils sur 2019 et 2020, avec un objectif de 3 000 en 2025. L'EHang 216, dont le prix devrait avoisiner 200.000 euros, ne sera pas destiné aux acheteurs privés. G. H.

Auteur

  • Grégoire Hamon
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format