Newsletter S'inscrire à notre newsletter

Magazine

Lyon : Bruno Bernard veut amplifier la ZFE

Seuls les véhicules disposant des vignettes Crit’Air 0 et 1 seront autorisés dans le périmètre de la ZFE d’ici la fin du mandat.

Crédit photo

Extension aux particuliers. Le président de la Métropole de Lyon, Bruno Bernard, souhaite élargir le périmètre géographique de la métropole, et l’étendre aux particuliers. Seuls les véhicules disposant des vignettes Crit’Air 0 et 1 seront autorisés dans le périmètre de la ZFE d’ici la fin du mandat. Le comité de pilotage de la ZFE lyonnaise s’est réuni le 10 novembre, pour définir les modalités de la ZFE qui seront soumises au vote des élus métropolitains en mars prochain. Dans la ZFE actuelle, mise en place le 1er janvier 2020 pour les véhicules de transports de marchandises, l’accès est réservé aux véhicules munis de vignettes Crit’Air 3, 2, 1 ou 0 (vignette verte). À partir du 1er janvier 2021, les véhicules munis de vignettes Crit’Air 3 ne seront plus autorisés dans la zone.

Radars LAPI. Le Président de la Métropole a précisé que des mesures d’accompagnement étaient en préparation, en particulier d’importants investissements dans les alternatives à la voiture (modes actifs, transports en commun, autopartage et covoiturage) et un dispositif de soutien à l’acquisition ou à l’usage de véhicules à faibles émissions. Mais l’efficacité de la ZFE dépendra largement des outils de contrôle déployés ; la LOM prévoit que les métropoles s’appuient des radars LAPI nouvelle génération. Or, ces appareils sont actuellement en cours de certification et de validation technique, et la procédure devrait s’achever en octobre 2021. Il faudra ensuite tenir compte des délais liées à l’achat et à la pose du matériel, avant de pouvoir compter sur des contrôles efficaces. Lors d’un entretien avec le ministre de l’Intérieur, le 27 octobre, Bruno Bernard a d’ailleurs rappelé l’urgence vis-à-vis des nouveaux radars LAPI. Alors que la Commission européenne vient de renvoyer la France devant la Cour de justice de l’UE pour non respect de son obligation de protection des citoyens face à la mauvaise qualité de l’air, il semblerait que la baisse des polluants ne soit pas pour demain.

Auteur

  • Sandrine Garnier
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format