Newsletter S'inscrire à notre newsletter

Magazine

Bilan d'étape pour le Club des Villes et Territoires Cyclables

Image

Crédit photo
Le Club des Villes et Territoires Cyclables a tenu sa rencontre annuelle mercredi 16 mars à l'Hôtel de Ville de Paris. Elus locaux, associations et chercheurs ont animé les débats dans le cadre des 20 ans de la loi LAURE (Loi sur l'Air et l'Utilisation Rationnelle de l'Energie), en présence de l'ancienne Ministre de l'Environnement et auteure de la loi Corine Lepage. Votée le 30 décembre 1996, la loi LAURE comportait un "amendement vélo", qui a énoncé l'obligation pour les collectivités de réaliser des aménagements cyclables, à l'occasion de toute rénovation ou construction de route. Une prescription qui ne s'est pas appliquée sans résistance de la part des communes, et qui a donné lieu à une jurisprudence administrative fournie, dont Blanche Magarinos-Rey a rappelé les grandes évolutions. Cyril Pimentel a lui présenté les difficultés concrètes d'application de la loi à Marseille : bandes cyclables au milieu du trottoir, parcours fantaisistes ou refus d'appliquer la loi, avec toutefois un panorama des réalisations réussies.
Image
Corine Lepage à la rencontre annuelle du Club des Villes et Territoires Cyclables
  La rencontre a aussi été l'occasion de faire le point sur la situation du vélo en France, avec notamment les dernières évolutions législatives. Le 12 février dernier a en effet été publié le décret d'application de l'indemnité kilométrique vélo (IKV), qui donne la possibilité aux entreprises d'indemniser, à raison de 25 centimes par kilomètre, les salariés utilisant la bicyclette pour se rendre au travail. À l'origine obligatoire, l'IKV a été rendue facultative par le gouvernement et le montant de l'exonération fiscale plafonné à 200 € annuels. Pierre Toulouse, adjoint du coordonnateur interministériel pour le vélo, et Thomas Jouannot, chercheur au CEREMA, ont également fait le point sur l'avancement des 25 mesures du Plan d'Action pour les Mobilités Actives (PAMA) dont les aspects les plus emblématiques étaient la généralisation du cédez-le-passage cycliste, la trajectoire matérialisée pour les cycles dans les carrefours et la sécurisation juridique de la ville à 30 km/h. Pour Pierre Toulouse, « 80% des propositions du PAMA ont trouvé un aboutissement complet. C’est grâce à l’action conjointe de l’ensemble des acteurs, notamment le Club des parlementaires pour le vélo, qui a proposé et relayé les textes. La balle est maintenant dans le camp des collectivités et associations ».   Le prochain numéro de Connexion, disponible le 2 avril prochain, sera l'occasion de revenir en détail sur les enjeux actuels du vélo dans la ville.

Auteur

  • La rédaction
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format