Newsletter S'inscrire à notre newsletter

Magazine

Des états généraux du rail « made in » Pyrénées

Image

Crédit photo

A l’initiative de l’union départementale de la CGT des cheminots, les états généraux du service public ferroviaire se sont déroulés le 29 mars 2012 à Tarbes. Ayant refusé de participer aux Assises du ferroviaire l’an dernier, l’idée était d’organiser un événement en marge de la « tutelle » de l’Etat.

Ayant refusée de participer Assises du ferroviaire décidées par Nathalie Kosciusko-Morizet, ex-ministre de l’Ecologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement, la CGT Cheminots des Pyrénées a décidé de faire cavalier seul pour prendre le pouls de la profession. Au final, les enseignements qui se sont dégagés de cette rencontre semblent aboutir aux mêmes conclusions. « En France, l'ouverture à la concurrence du marché du fret fait que nous transportons deux fois moins de marchandises par rail. Les seuls bénéficiaires de cette libéralisation sont les entreprises privées et les actionnaires », résumait Christophe Hourcade, secrétaire du syndicat CGT cheminots, à cette occasion. 

 

Le statut social en péril

 

Craignant les répercussions négatives de cette libéralisation sur le volet social, les participants se sont massivement opposés à la remise en cause du statut des cheminots de la SNCF déjà pénalisé par le contexte économique actuel. « Plus il y a de trains, moins il y a de cheminots », revendique Christophe Hourcade. Une situation qui risquerait de se dégrader davantage avec l’ouverture à la concurrence, « nous craignons l'absence totale de présence humaine dans les gares », renchérit Patrick Cardeilhac (CGT cheminots).

 

La SNCF et l’accessibilité

 

Abordant également des problématiques régionales, c’est la politique de la SNCF qui en prend soudain pour son grade. En guise d’exemple, le syndicat et les élus présents ont pointé la qualité de services des trains de pèlerins desservant Lourdes qu’ils jugent insatisfaisante et témoignant de l’attitude de la compagnie vis-à-vis du transport des personnes handicapées. 

 

Gare au trou noir

 

Autre constat de l’assemblée au niveau local, la nécessité d’une interconnexion avec Mont-de-Marsan. « il nous faut impérativement un barreau Béarn-Bigorre à partir de la LGV Paris-Irun », estime Christophe Hourcade. En effet, le tracé passe par Mont-de-Marsan mais occulte le Béarn et la Bigorre. Du coup, « nous serons excentrés, dans un trou noir de desserte. Alors que la LGV mettra Mont-de-Marsan à 2 h 45 de Paris, nous serons à deux heures de Mont-de-Marsan. Par conséquent, nous demandons la réouverture de la ligne Tarbes-Riscle-Mont-de-Marsan, qui mettrait Tarbes à 45 minutes de Mont-de-Marsan et à quatre heures de Paris », explique Patrick Cardeilhac. 

Auteur

  • La rédaction
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format