Newsletter S'inscrire à notre newsletter

Magazine

DSP: TaM se maintient à Montpellier

Image

Crédit photo
Pas de retour à la régie. Les transports en commun de la Métropole de Montpellier continueront d’être administrés dans le cadre d’une délégation de service public. Le retour en régie municipale a été écarté et la commission d’appel d’offres a finalement retenu la TaM (TaM Montpellier 3M, plus précisément depuis 2015) pour exploiter le réseau pendant six ans à compter du 1er juillet prochain. Dans le cadre de l’avis de concession lancé en février dernier, trois sociétés avaient candidaté : TaM, Transdev et Keolis. Mais finalement, seules les deux premières compagnies de transport public ont remis une proposition. «La proposition de TaM est de loin la meilleure. TaM a fait la différence sur sa proposition de maintenance et d’entretien de grande qualité et bien plus développé. Elle apporte une garantie de l’emploi pour les 1200 agents et puis il y a une approche globale très intéressante avec l’intégration des nouvelles technologies pour améliorer le trafic et la gestion sur les différents réseaux de bus et de tramway», explique Philippe Saurel, maire DVG de Montpellier et président de la Métropole. 100 millions de passagers. Depuis 2010, la TaM associée à Transdev, exploitait déjà le réseau de Montpellier, soit à ce jour quatre lignes de tramway (84 stations) et 36 lignes de bus (dont 24 périurbaines pour desservir les 30 communes périphériques). Plus neuf parkings-relais associés au tram, un bus Amigo pour desservir les discothèques de la périphérie pendant les nuits de week-end et un service de transport à la demande aux heures creuses. L'objectif du nouveau contrat est de faire voyager 100 millions de passagers par an. Le marché des vélos en libre-service est dissocié des transports en commun. «Il fera l’objet d’un appel d’offres séparé d’ici un an. L’option retenue a été guidée par la nécessité de faire appel à des compétences spécifiques qui n’ont aucun lien technique avec le transport urbain et par la volonté de diminuer les coûts d’exploitation», poursuit Philippe Saurel. En attendant l’arrivée d’un délégataire pour le vélo en libre service, TaM continuera d’exploiter la flotte Vélomagg de 2000 vélos. La proposition sera présentée aux suffrages des délégués métropolitains le 31 mai prochain. Christian Goutorbe

Auteur

  • La rédaction
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format