Newsletter S'inscrire à notre newsletter

Magazine

La SNCF dévoile son plan pour l'Euro 2016

Image

Crédit photo
La SNCF a présenté vendredi 20 mai son plan pour l'Euro 2016. Les points à retenir.

Un quartier général dédié à l'Euro 2016

La SNCF a installé un poste de commandement spécial pour l'Euro 2016 dans ses locaux de Gare de l'Est (photo ci-dessous). C'est vers ce point que convergent toutes les informations cruciales sur la circulation et les autres incidents du réseau. Les écrans diffusent en temps réel la circulation des TGV et des TER, et en particulier les RER B, C et D en Île-de-France. Les images des caméras des gares sont également projetées en direct sur un écran spécifique. 10 personnes seront affectées à ce PC, sous la houlette du directeur opérationnel de l'Euro 2016 à la SNCF. Celui-ci sera accompagné par des experts sur chaque sujet : TGV, gares & connexions, sûreté ferroviaire et SNCF réseau. Chaque matin, sont prévus : un brief avec l'UEFA pour anticiper les conséquences des événements sportifs sur la marche des transports ; une coordination avec les postes de contrôle SNCF en région ; et un point d'étape avec les PC Sûreté des préfectures. Le dispositif sera mis en place dès le 7 juin. Le but de réagir le plus vite possible en cas d'incident.
Image
-

L'impact de l'Euro pour la SNCF

"Nous seront mobilisés pendant un mois comme un jour de grand départ" lance Christophe Piednoël, directeur de la communication. Avec 2 millions de voyageurs supplémentaires par rapport à une période normale, 1.2 millions de billets vendus à l'étranger dont 500 000 places Eurostar et Geodis (SNCF logistique) qui transportera le staff de l'UEFA et certains équipements, la SNCF profite au maximum de son partenariat avec l'UEFA. Franck Bernard, en charge de l'Euro à la SNCF, sourit : "cela fait travailler nos filiales internationales". 1 100 TGV "Euro 2016» seront spécialement adaptés aux horaires des matchs, avec la possibilité de rentrer en région parisienne après avoir vu un match en province. Toutefois, une source proche du dossier indique que "seule une petite centaine des 300 TGV supplémentaires est saturée. Les TGV les mieux positionnés, ceux qui arrivent 3 heures avant le match, montent très vite. Mais ceux du matin ne sont remplis qu'à 10 ou 15%. Le travail pour ouvrir la billetterie 9 mois à l'avance n'a pas été récompensé".

La sûreté dans les gares et les trains

Stéphane Volant, secrétaire général de la SNCF, rappelle la présence de 3 000 agents en armes, qui ont la possibilité de verbaliser. Pour lui, l'efficacité de la protection des personnes tient dans les points suivants : "confidentialité des dispositifs, caractère aléatoire et imprévisible des interventions, redondance des procédures, et complémentarité avec la police et la gendarmerie". Il souligne toutefois qu'il "n'est pas question de bunkériser les trains et les gares. Mais les usagers acceptent une part de contrainte plus grande aujourd'hui. Nous profitons de leur collaboration". Une collaboration qui se matérialise notamment avec le numéro d'alerte 31 17, utilisé à bon escient par les voyageurs, constate le secrétaire général. Côté innovations, 30 chiens (environ 1 par gare) assisteront les agents pour détecter les explosifs et les armes. La technologie sera aussi un appui essentiel, puisque ce ne sont pas moins de 40 000 caméras qui seront sollicitées, avec des équipes de visionnage formées au profiling (détection des comportements suspects). L'Euro 2016 et la menace terroriste ont également favorisé l'utilisation de logiciels d'interprétation comportementale, qui seront en phase d'essai pendant la compétition. Concrètement, ces derniers pourront "alerter sur des comportements anormaux, comme une personne qui remonte rapidement une file de voyageurs, ou un bagage immobile depuis trois minutes", explique Stéphane Volant, qui rappelle que "la reconnaissance faciale n'est pas autorisée, et que les données ne seront pas transférées ou revendues".

Les stades parisiens et la fan-zone du Champ de Mars

En accord avec le Syndicat des transports d'Ile de France (Stif), le plan transport a été renforcé pour la durée de la compétition. 120 RER seront ajoutés au lignes B, C et D, qui desserviront le Stade de France (7 matches), le Parc des Princes (5 matches) et la fan-zone du Champ de Mars (jusqu'à 92 000 personnes). Au total, ce sont 200 000 places supplémentaires qui répondront aux flux de spectateurs français et étrangers. La fan-zone du Champ de Mars requiert une attention particulière, afin d'éviter que se produise chaque jour une congestion dans les transports similaire à celle du 14 juillet. Franck Bernard s'est montré rassurant à ce sujet : "nous avons l'habitude. Il y aura vraiment du monde pour le concert de David Guetta le 9 juin, celui de Muse le 28 juin, et les matches à gros enjeu". La réponse sera alors sur du "micro-opérationnel", avec par exemple "une entrée et une sortie distinctes", ou des "rames écrans pour éviter que les gens traversent les voies". La SNCF étendra jusqu'à 1 heure du matin son service de RER en cas de prolongation. Le 10 juillet, jour de la finale, sera une "Nuit festive" : métro et RER seront ouverts toute la nuit. La gratuité ne sera toutefois pas de mise.
Image
La fan zone du Champ de Mars
 

Retrouvez notre dossier sur l'Euro 2016 dans le n°1001 de Connexion Transport-Territoires, disponible dès le 27 mai

Auteur

  • La rédaction
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format