Newsletter S'inscrire à notre newsletter

Magazine

Lancement du projet de TER à batteries

Crédit photo

Les Régions Auvergne-Rhône-Alpes, Hauts-de-France, Nouvelle-Aquitaine, Occitanie et Provence-Alpes-Côte d'Azur, SNCF Voyageurs et Bombardier Transport lancent l’expérimentation des TER à batteries afin de contribuer à diminuer les émissions de carbone du transport ferroviaire français.

Il s’agit de remplacer par des batteries les moteurs Diesels de cinq rames AGC bi-mode, pour une mise en service en 2023.

Ce projet représente un investissement total de plus de 38 millions d’euros. Les Régions concernées apportent 5,4 millions d’euros chacune, SNCF 6 millions d’euros et Bombardier 5,5 millions d’euros. La modification de la première des cinq rames sera engagée dès 2021 sur le site de Bombardier Transport à Crespin (dans les Hauts-de-France).

Ce projet pilote a également pour objectif de réaliser la campagne d’essais de validation et d’autorisation de mise sur le marché, nécessaire pour permettre la mise en service de ce nouveau type de train en France dès 2023. Un AGC à batterie sera exploité dans chacune des régions partenaires. Leur circulation est ainsi envisagée sur les lignes Lyon – Bourg-en-Bresse Bordeaux – Mont de Marsan, Bordeaux-Le Verdon, Bordeaux – Saint Mariens, Nîmes – Le Grau du Roi, Marseille – Aix, et Abancourt - Beauvais – Creil.

Verdir le parc ferroviaire français

Le projet AGC à batterie, est un des projets en cours qui propose une transformation « verte » de trains existants sans infrastructure ferroviaire supplémentaire. Cette transformation consiste à remplacer les 2 moteurs diesel par des batteries qui sont rechargées quand le matériel se situe sous une section électrifiée ou quand le train freine, ce qui permet de réduire leur empreinte environnementale. L'utilisation de la batterie pour compléter l’énergie de la caténaire pendant l'accélération améliorera également la robustesse de l’exploitation. L’autonomie en mode batterie sera d’au moins 80 kilomètres et une réserve d’énergie permettra de palier des aléas d’exploitation. La durée de vie des batteries au lithium est garantie 10 ans.

Pour les Régions françaises, Autorités organisatrices des Mobilités, ce projet fait partie d’un bouquet de solutions qui permettront à terme de sortir du diesel pour les lignes non électrifiées du réseau. Pour SNCF Voyageurs, il fait partie du grand plan de baisse des émissions de carbone, PlaneTER. Il s’agit d’une démarche de réduction de l’impact environnemental des mobilités régionales fondée sur la conviction qu’avec plus de TER, il y aura beaucoup moins de CO2. Le volet matériel roulant est un des axes de travail de ce plan, dans lequel le projet AGC à batteries s’inscrit pleinement.

Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format