Newsletter S'inscrire à notre newsletter

Magazine

Le pont de l'île de Ré bientôt doté d'une voie réservée aux bus

Image

Crédit photo

Le pont de l'île de Ré vient de fêter ses 20 ans. Les élus en ont profité pour annoncer un vaste plan mobilité pour l'île. L'aménagement d'une voie réservée aux transports en commun figure parmi les projets.

Par Jean-Sébastien Thomas

En mai 1988, un viaduc de 2,9 km simplifiait la mobilité entre La Rochelle et l'île de Ré. C'était la fin des traversées en bac et des kilomètres de bouchons de voitures en période estivale. Dès la première année, 1,5 million de véhicules empruntaient le viaduc, un chiffre qui allait dépasser les trois millions en 2017. Dès 2012, les élus de Ré et du département se rendent compte que l'usage intensif de la voiture asphyxie l'île. Ils mettent en place le dispositif « RespiRé » qui vise à favoriser et à développer la mobilité durable via des véhicules propres. Malgré tout, les efforts ne semblent pas suffisants puisque l'usage de la voiture, notamment en haute et moyenne saison, est en augmentation.

Faciliter la circulation des bus et cars

De fait, le conseil départemental et la communauté de communes de l'île de Ré ont annoncé le lancement d’un grand plan mobilité pour les cinq prochaines années. Il prévoit notamment de privilégier les transports collectifs en les rendant plus attractifs grâce à une diminution des temps de transports et à une amélioration de l'information. Ainsi, un pôle d'échanges sera créé sur le parking du Belvédère, à l'entrée du pont (côté continent), qui sert de point de départ de l'offre de transports en communs (lignes régionales, navettes franchissant le pont, bus du réseau rochelais). Ce pôle sera doté de six quais dédiés au transport collectif avec des supports d'informations dynamiques. Afin de gagner du temps, les bus et cars n'auront plus besoin de s'insérer dans la circulation. Ils disposeront d’une passerelle de 52 m en sens unique qui leur permettra de rejoindre directement leur voie de paiement automatique au péage. Le gain de temps sur le trajet est estimé à 5 minutes.

Et afin d'optimiser les déplacements en transports en communs, les élus étudient également la possibilité de tracer une voie supplémentaire sur le pont. Dédiée aux bus, navettes et cars, elle pourrait être réalisée à partir d'une modification de l'ouvrage en positionnant les voies cyclables et piétonnes en encorbellement.

Parallèlement, sur le parking, un espace de covoiturage et des bornes de recharge pour véhicules électriques seront installés. Enfin, pour éviter que le parking ne sature, le nombre de places de stationnement sera porté de 400 à 600.

Renforcer les déplacements propres sur l'île

Alors que trois pôles d'échange existent déjà au sein de l'île, les élus souhaitent renforcer ce dispositif avec deux nouveaux projets, au niveau du phare des Baleines et de la route d’Ars, à La Couarde. L'objectif de ces pôles est d’assurer des correspondances efficaces entre les cars de grande capacité, incapables de circuler dans les ruelles des petits bourgs, et les navettes électriques de villages qui assurent une desserte fine des bourgs.

À signaler qu'à partir du 2 septembre, le département assurera à nouveau l'organisation de l'offre de transports électriques sur l'île de Ré, passée aujourd'hui dans le giron de la Région. Le niveau de services en période estivale, avec sept circuits différents, sera maintenu et affiné pour répondre aux enjeux de dessertes des grands sites de fréquentation. Hors saison, une offre sur réservation adaptée aux besoins de la population permanente sera proposée. Pour assurer ces services, le conseil départemental va devoir élargir son parc de véhicules. Aussi, il projette d’acquérir trois véhicules de petites capacités (5 à 7 places) dédiées à ce service de réservation. Les navettes électriques, propriétés de la collectivité, de 22 places seront intégrées dans la nouvelle offre de transport. 

Bus et Car

Site touristique majeur sur l'île de Ré, le phare des Baleines attire chaque année plusieurs milliers de personnes. Afin de préserver la qualité environnementale du site, le département a aménagé en avril un parking paysager et réalise actuellement un pôle d'échange.

Ce dernier, situé à 600 m de l'entrée du chemin d'accès au phare, aura pour vocation d'accueillir les véhicules de transport collectif public ainsi que les cars de tourisme dès cette saison.

Pour permettre aux personnes à mobilité réduite de rejoindre le chemin d'accès, le département teste depuis le 13 juillet une navette électrique.

Ce service gratuit est assuré par un véhicule de marque BredaMenarinibus Zeus. D'une capacité de 22 passagers, il est équipé d'une rampe d'accès et d'un plancher plat. Pour permettre le rechargement quotidien de la navette, la commune de Saint-Clément-des-Baleines met à disposition son atelier technique situé à proximité du phare.

En fin de saison, l'exploitant, Keolis Littoral, dressera un bilan de fréquentation. S'il met en évidence une utilisation importante en particulier des personnes à mobilité réduite, la possibilité d'étendre le service en avant-saison sera étudiée.

Auteur

  • La Rédaction
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format