Newsletter S'inscrire à notre newsletter

Magazine

LGV Paris Normandie : "P’tet bien qu’oui, p’tet bien qu’oui…"

Image

Crédit photo

Les élus de haute et basse Normandie ont décidé de faire mentir l’adage sur l’indécision des Normands et soutenant unanimement entre les deux régions, les cinq départements et les métropoles de Caen, Rouen, Cherbourg et Le Havre un projet de construction de ligne ferroviaire nouvelle entre Paris et les territoires normands.

Ce vendredi 17 mai à Rouen, le président du conseil régional de Haute Normandie Alain Levern arbore un grand sourire pour présenter le tracé, enfin définitif, de cette nouvelle ligne qui doit régler tous les problèmes dans les vingt prochaines années. "Il n’y a aujourd’hui que des bonnes nouvelles à annoncer", déclare -t-il, en expliquant qu’un train rapide atteignant les 250 km/heure serait mieux que la ligne nouvelle de TGV qu’il réclamait à grands cris il y a quelques années.  Il y aura moins d’emprises sur les terres agricoles et ça coûtera beaucoup moins cher…

Le réseau ferré normand est indigent. On met autant de temps et parfois plus, aujourd’hui, pour joindre Paris depuis Le Havre, Caen ou Rouen qu’au temps des machines à vapeur dans les années 30. La gare de Rouen enclavée ne peut accueillir plus de trafic. Les incidents et retards sont l’ordinaire, les trains à l’heure l’exception… Caen connaît les mêmes difficultés, tout comme les lignes transversales vers Tours ou Lille.


Mais tout va changer

 

Ce nouveau tracé doit théoriquement, avec ses équipements, résoudre toutes les difficultés. On devrait commencer, dans une première phase, par faire sauter les verrous du mantois, où tous les convois  piétinent entre Mantes-La-Jolie et Paris Saint-Lazare par manque de rails. Une nouvelle voie ferrée "normande" sera construite. Elle permettra  de diminuer les temps de parcours et de rejoindre les aéroports de Paris et les interconnexions RER et TGV de la capitale.

La ville de Rouen va, quant à elle, être dotée d’une seconde gare bâtie sur l’autre rive de la Seine. Un tunnel sera creusé sous la Seine à la sortie ouest de la ville. Il permettra de fluidifier la desserte du Havre  et quelques trafics transversaux. La capitale normande se retrouvera ainsi dotée d’un véritable nœud ferroviaire sur lequel repose beaucoup d’espoirs.
Cette première tranche de travaux représente un investissement  de 5,63 milliards d’euros. Elle devrait être achevée à l’horizon 2025. Dans un second  temps,  la Basse Normandie, qui bénéficiera indirectement des travaux de la première phase, connaîtra à son tour des chantiers de désenclavement.

Auteur

  • La Rédaction
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format