Newsletter S'inscrire à notre newsletter

Magazine

Lyon : les navettes interdites de dépose-minute à Saint Exupéry

Image

Crédit photo
A partir du 1er février, entre en vigueur l'arrêté préfectoral pris le 26 novembre dernier, règlementant l'accès des navettes de parkings privés aux aires de dépose-minutes des aérogares de Lyon-Saint Exupéry. Victimes de leur succès, elles représenteraient une gêne pour l'accès des autres particuliers qui utilisent ces stationnements de courte durée en bénéficiant d'une période de gratuité. L'arrêté prévoit, soit la dépose des clients de ces structures à proximité de la gare TGV et de Rhônexpress, nécessitant une dizaine de minutes de cheminement pour rejoindre les aérogares, soit le versement d'une "redevance spécifique" de 2,80 euros par mouvement aux déposes-minutes. Un arrêté toutefois contesté par les organisateurs de ces transferts, depuis et à destination de ces parkings de proximité. Depuis quelques mois pour certains, quelques années pour d'autres, ils sont une dizaine à s'être engouffrés dans la brèche de la consommation collaborative. Six d'entre eux, Alyse Parc Auto, Car Park Travel, Easypark Lyon, Mds Parc, My Parking et Park and Trip se sont constitués en collectif et ont déposé plusieurs recours en référé devant le tribunal administratif de Lyon, à la fois contre le Préfet et contre Aéroports de Lyon. Des actions qui vont mettre en lumière l'implication des structures aéroportuaires dans ces activités de parking. Lyon-Saint Exupéry compte en effet 12 000 places de parking, qui rapporteraient près de 30 millions d'euros par an, soit environ 20% du chiffre d'affaires de la société des Aéroports de Lyon ! Les 3 000 places de parking dits de proximité, auraient amputé l'exercice 2015 de la société des Aéroports de Lyon, de 2 millions d'euros de revenus, d'où le "lobbying" effectué auprès du Préfet...  Et l'exemple lyonnais est loin d'être isolé dans l'Hexagone, tout comme les services de ces sociétés d'auto-partage. C'est sans doute pour cela que le tribunal administratif de Lyon a préféré se donner un peu d'air. Initialement prévue le 2 février, l'audience a finalement été reportée au 11.

Auteur

  • Jean-François Belanger
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format