Newsletter S'inscrire à notre newsletter

Magazine

Marseille : l’arsenal sécuritaire de la RTM porte ses fruits

Image

Crédit photo
Depuis la mise en œuvre d’un plan de sûreté à la Régie des Transports de Marseille (RTM) en 2009, la sécurité dans les transports collectifs marseillais s’est améliorée. Le bilan des six années de travail en commun a été présenté par la direction de RTM, la Préfecture de police et les services de la Ville dans une conférence commune le 4 avril 2016.  
Image
De g. à dte : Marc Labouz directeur de la police municipale de Marseille, Pierre Reboud, directeur général de la RTM, Maxime Tommasini, président de la RTM, Laurent Nunez, préfet de police des Bouches-du-Rhône Caroline Pozmentier, adjointe au maire de Marseille et Yannick Blouin, directeur départemental adjoint de la sécurité publique.
  «Depuis 2009, le nombre de faits générateurs d’insécurité (vols, dégradations, insultes, agressions…) a diminué de moitié», a annoncé le président du Conseil d’administration de la Régie des Transports de Marseille, Maxime Tommasini. 1300 faits générateurs d’insécurité dans les transports en commun ont été recensés en 2015 (66% concernent les voyageurs et 43% des actes visent les agents RTM), en recul de 17,2%. «Cela représente 1,2 fait par million de voyage», temporise Pierre Reboud. Le directeur général de la RTM rappelle que 305 agents de sécurité/sûreté interviennent quotidiennement sur le terrain. Les 103 lignes de bus, les trois lignes de tramway et les deux lignes de métro sont quadrillées par 4600 caméras de vidéosurveillance dont 1000 suivent en temps réel l’activité. «Nous enregistrons entre 60 et 75% de réussite par an grâce au visionnage qui nous permet d’identifier les auteurs des méfaits», ajoute M. Reboud qui fait état d’un taux de fraude de 20% sur le réseau pour une perte annuelle de 20M€.   Lutte contre les stationnements anarchiques sur les voies du tramway   Le service interdépendant de sécurisation des transports en communs (SISTC) fondé en 2005, unité spéciale, située dans les sous-sols de la Gare Saint-Charles est intervenue à 1500 reprises en 2015 (350 concernaient des vols avec violence). «Le SISTC comprend une section urbaine, une section ferrée et deux cellules opérationnelles chargées de l’identification», explique Yannick Blouin, directeur départemental adjoint de la sécurité publique. Les stationnements anarchiques sur les voies du tramway sont l’un des principaux points noirs sur le deuxième réseau des transports en commun de France. «Le 27 décembre 2015, une convention a été passée entre la Ville de Marseille et la RTM autorisant la présence d’agents au centre de supervision de la ville. Sur les seuls mois de janvier et février 2016, 31 265 actes de verbalisation ont été dressés dont 6732 par vidéo surveillance», souligne Caroline Pozmentier, adjointe au maire de Marseille, déléguée à la Sécurité. Désormais, 770 caméras surveillent le stationnement dans la Cité phocéenne. Avec l’entrée en vigueur de la loi du 22 mars 2016 relative à la lutte contre les incivilités et le terrorisme, «les fonctionnaires de police sont autorisés à procéder à des fouilles dans les transports collectifs», a enfin précisé le préfet de police des Bouches-du-Rhône Laurent Nunez qui entrevoit de nouveaux axes de coopération avec les autorités organisatrices des transports.

Auteur

  • Nathalie Bureau du Colombier
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format