Newsletter S'inscrire à notre newsletter

Magazine

Moscou joue à fond la carte des bus électriques

Crédit photo

La ville communique largement sur le fait que l'utilisation des bus électriques sur les itinéraires de Moscou a réduit le volume des émissions polluantes de l'air de 400 tonnes en 2020.

 

En septembre 2018, Moscou a commencé à remplacer les bus diesel obsolètes par les bus électriques, en essayant de réduire la quantité d'émissions nocives, de purifier l'air de la ville et d'économiser les ressources. Depuis, un transport plus moderne et plus respectueux de l'environnement a remplacé les bus traditionnels sur 33 des 42 itinéraires au total. Aujourd'hui, 600 bus électriques circulent à Moscou. Au cours des 4 prochaines années, les autorités de la ville achèteront 2 675 unités de transport électronique supplémentaires. On s'attend à ce que d'ici 2032, tous les transports urbains aient été convertis à la traction électrique, ce qui contribuerait à réduire considérablement la concentration de substances nocives dans l'air.

« À partir de cette année, nous n'achèterons que les bus électriques - nous cherchons à rendre notre ville aussi propre et inoffensive que possible pour ses citoyens. Évidemment, non seulement le reste de la Russie, mais aussi les pays européens essaient d'atteindre notre niveau, car même maintenant, il y a plus de bus électriques à Moscou que dans les autres capitales européennes. Je suis sûr que nous devrions être gouvernés par une attitude responsable envers la nature et la santé de nos citoyens lors de la prise de décisions sur le développement de la ville », justifie Maksim Liksutov, maire adjoint de Moscou pour les transports.

400 tonnes de CO2 en moins

L'année dernière, le développement du réseau de bus électriques a permis de réduire les émissions de polluants dans l'air de la ville d'environ 400 tonnes. Désormais, le remplacement d'un bus diesel par un bus électrique conduit à une réduction moyenne des émissions de CO2 dans l'environnement de 60,7 tonnes par an. L'augmentation du nombre de bus électriques en 2022 permettra déjà de réduire les émissions de 85,7 milliers de tonnes. Par ailleurs, la conversion des bus à la traction électrique contribuera à augmenter la part des trajets en e-transport jusqu'à 70%.

« Le transport fonctionnant à l'électricité est plus sûr pour l'écologie de la ville que les voitures utilisant un moteur à combustion interne. L'e-transport n'utilise pas de carburant en cours de fonctionnement et n'émet pas de substances polluantes et d'émissions nocives pendant le fonctionnement. Pour une grande ville au trafic dense et à la population de plus de 12,6 millions d'habitants, même une transition partielle vers l'e-transport peut entraîner des changements positifs concernant la qualité de l'air commun », explique Denis Endachev, PDG de l'information et de l'intelligence systèmes en FSUE NAMI, PhD en sciences techniques.

En 2022, la ville prévoit de passer à une autre étape de l'électrification des transports - les bus électriques de Moscou seront équipés d'un chauffage électrique.

Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format