Newsletter S'inscrire à notre newsletter

Magazine

Sécurité, fraude, contrôle : l’appel des transporteurs entendu

Image

Crédit photo
Lundi 19 octobre s’est tenue la troisième réunion du Comité national de la sécurité dans les transports en commun (CNSTC) au ministère de l’Intérieur. Autour de la table : Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, les responsables de sécurité des grands opérateurs français, de la SNCF et des représentants des forces de l’ordre ont formulé huit mesures autour des contrôles de sécurité contre le risque terroriste notamment, et de la lutte contre la fraude, « dont le coût annuel est estimé à plus de 500 millions d’euros », rappelle le ministère. Ces mesures font écho aux doléances présentées par les acteurs du transport lors de la dernière réunion (voir Bus&Car n°960) du CNSTC, qui s’est tenue le 16 décembre dernier. « L’attentat évité dans le Thalys le 21 août dernier a confirmé [leur] pertinence et la nécessité de faire évoluer le cadre réglementaire », insiste le ministère dans un communiqué. Ce tour de table devrait porter ses fruits d’ici la fin de l’année, grâce à une proposition de loi, qui sera discutée au Parlement. Voici un résumé de ces huit mesures.

Droit de fouilles élargi

Les agents de service internes de sécurité de la SNCF et de la RATP : respectivement, la Sûreté ferroviaire (Suge) et le Groupe de protection et de sécurisation des réseaux (GSPR) seront autorisés à procéder à l’inspection visuelle des bagages, voire à leur fouille ou à des palpations de sécurité « lorsque les circonstances le commandent ». En contrepartie, les services de police et de gendarmerie auront les mêmes pouvoirs de contrôle que ces deux services de sécurité internes. La police judiciaire fait son entrée dans les transports. Les agents de police judiciaire (APJ), chargés des infractions pénales sous l’autorité du procureur de la république, seront autorisés à constater les infractions commises dans les transports, par procès-verbaux. Les APJ et les officiers de la police judicaire (OPJ), qui procèdent notamment aux enquêtes de police et peuvent placer les individus en garde à vue, seront autorisés à inspecter les bagages à main, sans l’accord des passagers (nécessaire jusqu’alors), et à les fouiller sans devoir reconnaître un délit au préalable.

Tenue civile et armes à feu

Ces mêmes agents de la SNCF et de la RATP pourront plus facilement avoir recours à une tenue civile, pour rendre le "flagrant délit" plus efficace. Ils seront par ailleurs autorisés à porter des armes à feu, « sous le strict contrôle [de l’autorité préfectorale] et dans certaines circonstances qu’il lui reviendra d’apprécier », nuance le communiqué.

Contrôles facilité à bord des trains

Alors qu’il fallait jusqu’à présent demander une autorisation à tous les procureurs dont le trains traversait le territoire pour effectuer des contrôles et des vérifications d’identité, les agents à bord pourront désormais se référer à un seul procureur : celui de la ville de départ, si cette dernière est « nationale ». Dans le cas contraire, c’est le procureur de la ville d’arrivée qui sera compétent.

La fraude d’habitude à 5 contraventions

Le « délit d’habitude » passera de 10 à 5 contraventions pour fraude dans les 12 derniers mois – ou moins. En France, le fraudeur récidiviste risque jusqu’à six mois de prison ferme et 4 500 euros d’amende.

Ventes à la sauvette versus agents de contrôle

Les agents de contrôle et de sécurité ferroviaire seront autorisés à constater un délit de vente à la sauvette dans les gares. Pour les vendeurs de fortune, « le constat de ce délit permettra de prendre des sanctions plus lourdes et dissuasives », prévient le ministère.

Communiquer, c’est la clef

Le texte mettra en place un « droit de communication » entre les exploitants de transport et les administrations publiques chargées des finances et des organismes sociaux, de façon confidentielle. Le but est d’améliorer le recouvrement des amendes (qui n’est que de 50% à l’heure actuelle), en vérifiant que les adresses communiquées par les contrevenants ne sont pas fausses par exemple.

Auteur

  • La rédaction
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format